Combien coute une assurance maintien de salaire ?

Assurance maintien de salaire

Devoir cesser de travailler temporairement pour des raisons médicales ou accidentelles est une épreuve du point de vue psychologique. L’aspect matériel de cette situation est plus facile à régler : des garanties existent pour ne pas souffrir d’une perte de revenus. Pour avoir une idée précise du tarif que peut avoir ce type de contrat d’assurance, il est possible de demander un devis maintien de salaire en ligne sur le site web de l’assureur. Pour comparer les tarifs proposés par chaque assurance, il est conseillé de demander différents devis pour s’informer sur les détails et le prix de chaque offre et ainsi choisir la formule la plus adaptée.

Pourquoi souscrire un contrat prévoyance ?

Un salarié en arrêt maladie peut toucher 50 % de son traitement mensuel brut pendant sa période d’inactivité. Ces sommes lui sont versées par la Sécurité Sociale. Pour compléter ce revenu insuffisant, il est conseillé d’opter pour une garantie adaptée. Beaucoup de compagnies d’assurance prévoient ce type de risque et proposent des contrats qui le couvrent. Il existe même des avantages prévus pour certains travailleurs en vertu de la loi Madelin. Les personnes non salariées peuvent déduire les cotisations de leur assurance maintien de salaire garanti de leur revenu imposable. Quel que soit leur statut (salarié ou pas), les personnes qui souhaitent souscrire un contrat de ce genre peuvent profiter en outre de tarifs intéressants. Comparer les offres est la meilleure solution si l’on veut une assurance qui protège sans coûter cher. Demander des devis en ligne prévoyance permet de sélectionner des contrats qui correspondent à sa situation personnelle. Vous pouvez ainsi choisir la meilleure mutuelle maintien de salaire garanti pour ne pas subir de perte financière en cas de maladie ou d’accident.

L’entreprise et la prévoyance salaire

Dans le secteur privé, le délai de carence (durée de temps pendant laquelle la personne en arrêt n’est pas indemnisée par la Sécurité Sociale) correspond à trois jours. Les salariés de la fonction publique touchent leur dû dès le deuxième jour de l’arrêt. Après trois jours de carence, le salarié absent est dédommagé à hauteur de la moitié du salaire brut. Ce montant peut aller jusqu’à 60 % si la personne malade a plus de trois enfants à sa charge. Des indemnités sont versées chaque jour de l’arrêt maladie, en incluant les dimanches et les éventuels jours fériés. Pour compléter ces revenus partiels, il est possible d’obtenir une compensation versée par l’entreprise. Cette complémentaire santé est cependant réservée aux salariés pouvant se prévaloir d’un an d’ancienneté dans la société. Certaines entreprises prévoient cependant une contrepartie financière via une disposition de leur convention collective mais cette éventualité reste rare. Pour éviter une situation désavantageuse en tant que salarié en arrêt maladie, mieux vaut souscrire une mutuelle santé personnelle avec une clause de maintien de salaire. Ce contrat peut être signé à titre individuel par un salarié ou un travailleur non salarié.

Plusieurs formules de prévoyance salaire

En mode forfaitaire, une assurance maintien de salaire accorde une indemnité journalière au salarié en arrêt maladie. Son montant est décidé au moment de la souscription, en proportion de la cotisation. Cet argent est versé sans justificatif prouvant la perte de revenu. On peut bien sûr la cumuler aux indemnités accordées par la Sécurité Sociale et éventuellement, l’entreprise. Une autre formule est possible, on la qualifie d’indemnitaire. Comme pour le dédommagement de la Sécurité Sociale, il s’agit de versements proportionnels au salaire brut. Le total, perçu par le salarié en arrêt maladie, ne doit pas excéder le montant du dernier salaire. Enfin, on parle également d’indemnité pondérée ». Dans ce cas, c’est la moyenne des gains des deux ou trois ans qui précèdent l’arrêt qui sont pris en compte. Avant de solliciter un devis maintien de salaire en ligne, il convient de s’informer sur les critères à prendre en considération pour choisir la bonne formule, la garantie adaptée à son propre cas. Le prix le plus attractif n’est pas forcément idéal.

Les éléments à examiner en priorité

Il faut avant tout analyser la franchise. Il s’agit du délai au terme duquel la garantie débute. Celle-ci ne doit pas excéder trois jours. Ces franchises peuvent être modulées, en fonction du taux de cotisation. De la même façon, il est utile d’être attentif à la durée de l’indemnisation, dans l’éventualité d’une ITT (incapacité temporaire de travail). La durée recommandée s’élève à trois ans. Après ce délai, si la personne assurée n’est pas en mesure de pratiquer à nouveau son activité professionnelle, elle pourra profiter d’une rente d’invalidité. Il est aussi nécessaire de vérifier si certaines pratiques sportives sont exclues de la garantie prévoyance salaire qui vous intéresse. Mieux vaut également vérifier si certaines pathologies sont rédhibitoires pour souscrire un tel contrat d’assurance maintien de salaire. Les sommes que le salarié en arrêt maladie touche de la Sécurité Sociale ainsi que les indemnités de la complémentaire santé fournie par l’employeur sont défalquées de la compensation souscrite à titre individuel. Selon l’activité professionnelle exercée, vous pouvez bénéficier de contrats sur mesure. Suivant l’option choisie, la personne en arrêt maladie peut percevoir 90 à 95 % de son salaire antérieur pour une faible cotisation mensuelle. Faire jouer la concurrence et être attentif à ses besoins personnels est indispensable.